Sorties Trail autour de Roses

Quelques images prises pendant deux belles sorties réalisées sur les parcours du Trail Cap de Creus en ce Week end de Noël.

Reprise ?

A l’occasion de récentes vacances sur une belle île méditerranéenne, j’ai testé un nouveau moyen de locomotion : les Crocs Offroad.

Cette modeste sortie (8km/200mD+) sur un sentier côtier comportant des portions techniques m’a permis tout d’abord de renouer avec le plaisir de courir au cœur de beaux paysages (le verbe trottiner serait plus exact), et ensuite d’envisager sérieusement de reprendre tout doucement un semblant d’entrainement. Une séance de 20 minutes sur tapis roulant a confirmé cette envie.

Mais je ne m’enflamme pas. La dernière fois que j’ai couru sans gêne ni douleur remonte à l’été 2015,  sur le magnifique GR34, sentier côtier breton. La succession de problèmes rencontrés depuis m’oblige à être prudent sur mes chances de pouvoir recourir autant qu’avant. Mais si je peux déjà faire une belle sortie de temps en temps, j’en serai très heureux.

 

Trail des Citadelles 2018

Tout comme l’année dernière, j’ai participé au Trail des Citadelles en tant que bénévole à la Croix de Millet sur le parcours du 70 et du 54, en compagnie de Romain. Une fois la mission accomplie, nous nous sommes rendus à Roquefixade pour continuer à apprécier cette belle journée ensoleillée.

J’en ai profité pour prendre quelques concurrents en photo.

Toutes mes photos : Galerie Trail des Citadelles 2018

Je rappelle qu’il y a sur le Trail des Citadelles la photographe officielle et son équipe qui prend TOUS les coureurs en photo à Montségur et à Roquefixade. Vous retrouverez donc au moins une photo de vous sur son site : Clactaphoto

Sentier Cathare – De Roquefixade à Foix

Sentier Cathare – De Roquefixade à Foix (17.5km/600mD+/1000mD-)

Pour cette dernière étape, José m’accompagne à nouveau. Le moral est au beau fixe, je sais maintenant que je vais pouvoir terminer cette belle aventure. Estelle m’a rejoint hier soir, nous avons passé une agréable soirée entre bières partagées, petite marche au pied du château, bon repas et nuit réparatrice au gite nouvellement repris par un nouveau gérant.

Sur les hauteurs de Foix, nous ne sommes pas surpris de retrouver Marianne, Marion et Michel qui nous attendent et vont marcher avec nous jusqu’au pied du château, où se termine dans la joie et le partage cette belle aventure.
Michel a pour l’occasion confectionner un trophée original qui servira, en plus des photos prises tout au long du sentier, à me souvenir longtemps de cette semaine un peu particulière.

J’espère que vous aurez eu plaisir à parcourir ces quelques pages, à marcher virtuellement dans mes pas, le long de ce Sentier Cathare.

Pour ma part, je remercie ici tous ceux qui m’ont suivi pendant ce périple. Les réactions et « likes » sur mes petits points quotidiens sur Facebook m’ont aidé à surmonter les moments difficiles.

Je remercie Estelle pour avoir permis cette organisation, et spécialement pour m’avoir apporter les bonnes chaussures à Nébias !

Merci à Béa pour son accueil à Padern, et à Estelle pour le matos et les conseils pour soigner mon ampoule.

Merci à Michel, Marion et Marianne pour les apparitions plus ou moins inattendues, et un coup de chapeau supplémentaire à Michel pour le trophée !

Et évidemment un merci tout particulier à José pour avoir partagé ma route pendant deux étapes entières.

Sentier Cathare – De Comus à Roquefixade

Sentier Cathare – De Comus à Roquefixade (29km/1300mD+/1700mD-)

Même si je suis parti seul sur cette petite aventure d’une semaine, même si j’apprécie ces longs moments passés isolé dans la nature, je n’en ai à aucun moment fait une quête de quoi que ce soit, m’estimant heureux de ce que j’ai déjà. Et donc, si la solitude ne me dérange pas, j’apprécie aussi de partager de bons moments sur les sentiers avec des compagnons de marche.

Aujourd’hui, c’est José qui m’a rejoint à Comus pour parcourir cette avant-dernière étape en ma compagnie. Le début de l’étape, un profil descendant, nous permet de nous chauffer gentiment tout en conversant beaucoup (je devais avoir un léger déficit même si je ne suis pas un grand causeur).

Ensuite, grosse remontée vers Montségur et une nouvelle visite surprise de Michel, Marion et Marianne qui marchent avec nous jusque sous le village, avant de nous attendre à nouveau au niveau de la stèle.

Nous faisons la pause déjeuner à Montferrier, grâce au bon casse croute apporté (et transporté) par José.

Pour la suite, nous poursuivons jusqu’à Roquefixade sur les sentiers empruntés (suivant les éditions) par le Trail des Citadelles.

Une fois de plus, la bière de l’arrivée me semble méritée…

(crédit photos Michel et José)

Sentier Cathare – De Puivert à Comus

Sentier Cathare – De Puivert à Comus (31km/1160mD+/470mD-)

Mentalement je visualisais cette étape comme la dernière « difficile », puisque je savais qu’à partir de Comus José m’accompagnerait et que çà serait alors forcément moins dur.

Physiquement, la demi-journée de repos d’hier, plus la délivrance de marcher en trails, font que même si des douleurs subsistent, j’arrive à avancer d’un bon pas sur le plat de début d’étape. Je sais, pour avoir parcouru le secteur lors du fameux  « Troubadours, maquisards et sapins géants », entre autres, que la montée débute après l’Escale. Et c’est dans la traversée du hameau que j’ai la surprise de voir Michel arriver à contre sens. Il est venu pour parcourir avec moi la partie jusqu’au Col du Chandelier. C’est évidemment très agréable d’enfin partager ma route, et ce d’autant plus avec un proche. La montée passe ainsi agréablement et nous nous séparons au col.

Pour mon repas de midi, j’agrémente le sandwich au jambon de pays acheté le matin à l’Epicerie de Puivert avec un reste de fromage de chèvre que je transporte depuis Cucugnan !

La traversée du plateau de Sault effectuée, je poursuis sur les hauteurs de Langarail, où je subirais la seule demie-heure de pluie de toute la semaine.

Au niveau du Pas de l’Ours, j’ai droit à ma deuxième rencontre surprise de la journée, dans un long face à face avec un brocard (chevreuil mâle), en pleine mue de printemps.

J’apprécie l’accueil sympathique et authentique au Gite de Comus avec là aussi un repas très copieux. Le lendemain matin, le petit déjeuner est lui aussi royal avec de nombreuses confitures maison.

Sentier Cathare – De Quillan à Puivert

Sentier Cathare – De Quillan à Puivert (21km/750mD+/550mD-)

Alors que j’ai terminé l’étape d’hier en triste état, le début de celle-ci se passe bien grâce au profil montant sur les huit premiers kilomètres (600m de D+ avalés agréablement en moins de deux heures).

Malheureusement la souffrance réapparait dès que je redescends vers Nébias. Mais je sais qu’Estelle m’y attend pour me donner  mes chaussures de trail. Elle m’a apporté les Akasha et les Ultra Raptor. Je rêve littéralement de l’amorti supérieur des Akasha mais le renfort au talon appuyant juste sur mon ampoule, j’opte pour les Raptor. Dès les premiers hectomètres je retrouve le plaisir de marcher sur le plat et ma moyenne s’en ressent. Je n’avais pas marché à 6km/h depuis le premier jour. Évidemment les douleurs sont encore présentes mais au moins j’ai supprimé leur cause et espère qu’elles vont disparaitre peu à peu.

J’arrive vers 13h à Puivert  où Estelle m’attend pour  partager un bon repas au bord du lac. Ensuite je rejoindrai le Gite des Marionnettes, où je passerai une agréable soirée avec pour la première fois d’autres occupants randonneurs (un groupe de quatre qui fait le Sentier en sens inverse du mien) et surtout grâce à la qualité de l’accueil de Françoise et Michel. Des gens passionnés au parcours intéressant et qui savent partager leurs expériences en toute simplicité.

A noter sur le chemin la rencontre avec ce monsieur de 90 ans qui revenait des champs avec sa faux sur l’épaule. Une petite discussion agréable.

Sentier Cathare – De Cubières sur Cinoble à Quillan

Sentier Cathare – De Cubières sur Cinoble à Quillan (37km/1400mD+/1560mD-)

Sur le papier, cette étape s’annonçait déjà comme la plus longue de mon périple. Et les différentes douleurs ressenties n’ont pas arrangé les choses…

J’apprécie les paysages et l’humidité ambiante sur la première partie jusqu’à Bugarach, mais la suite est plus éprouvante, composée d’une succession de pistes et de portions de route, parcourues sous le soleil.

Si l’ampoule au talon gauche se fait maintenant pratiquement oublier, j’ai de plus en plus mal sur le devant de ma cheville droite, au niveau du releveur ainsi qu’en haut du mollet. Les montées passent bien, mais les portions de plat et de descente sont des chemins de croix, et ce d’autant plus sur bitume, ce qui m’a conduit à chausser les Crocs pour les 12 derniers kms.

De quoi espérer encore plus fortement la délivrance de la fin d’étape, avec dans l’ordre les trois actions qui permettent de se sentir mieux : enlever ses chaussures, boire une bière (ou deux !) et ensuite prendre une douche. Des gestes simples mais qu’on apprécie tellement après plus de neuf heures de marche !

Sentier Cathare

Malgré cela, au soir de ma 4éme étape, je suis de nouveau tout prêt de l’abandon, miné physiquement et moralement par les douleurs endurées à chaque pas. Dans ma chambre au B&B La Vue, j’ai du mal à faire les trois mètres qui séparent mon lit de la salle de bains…

Je me raccroche juste au fait que l’étape de demain est courte, juste 20 kms, ce qui devrait me permettre d’arriver en milieu de journée et de bien me reposer.

 

Sentier Cathare – De Padern à Cubières sur Cinoble

Sentier Cathare – De Padern à Cubières sur Cinoble (29km/1400mD+/1200mD-)

Le petit mot écrit le lendemain de cette étape :

« J’en suis rendu à me demander si je n’aurais pas été piqué par une cousine audoise de la mouche Tsé-Tsé dont la piqûre n’aurait pas pour conséquence de plonger le sujet dans un sommeil profond mais au contraire de priver celui-ci de ce temps de repos réparateur. Dimanche, jour de grand départ, je m’étais réveillé avant le réveil. Jusque là, c’était tout à fait normal et à mettre sur le compte de l’excitation à l’idée d’enfin concrétiser ce vieux rêve. Mais comment expliquer que lundi à Durban je me sois réveillé à 3h51 et mardi à Padern à 2h30 à chaque fois alors que je m’étais couché peu après 21h complètement abattu par la journée de marche. Je comptais donc sur une bonne nuit de récup à Cubières. Trois bières et un bon repas semblaient vouloir m’y aider. Et bien, après m’être écroulé à 21h15, j’ouvrais grand les yeux à…23h37 !
Le reste de la nuit ne fut que tournages et retournages à la vaine recherche d’un bon sommeil.
A ce rythme là, ce soir je serai réveillé avant même m’être endormi ! »
(Note : les nuits suivantes je me suis réveillé à 0h30, 3h, 2h30,… A Comus, ma chambre était éclairée par une très belle pleine lune : la cause de ces insomnies ?)

Concernant l’étape du jour,  ce qui en ressort est vraiment l’impression de commencer le Sentier Cathare aujourd’hui avec de belles portions de sentiers et du dénivelé important. Grâce au matos donné par Estelle à Padern, mon ampoule est « sous contrôle » et me fera moins souffrir. Reste les douleurs occasionnées par les chaussures de rando sur les portions de pistes.

Après la courte bosse du départ pour passer au château de Padern, la première difficulté consiste à monter à hauteur du parking de Quéribus, atteint après quelques kilomètres de piste. Je m’engage ensuite dans la mythique portion de descente vers Cucugnan, dans les terres rouges. J’aurais la triste surprise de voir que la fin de cette descente a été récemment défigurée façon bulldozer pour une utilité qui m’échappe.

Je m’arrête à Cucugnan faire quelques courses à l’épicerie pour mon repas de midi. Je salue aussi Patrick du Gite Les Santolines dans sa boutique de souvenirs. Je lui achète un petit drapeau pour décorer mon sac à dos. Je ferai ma pause méridienne à l’ombre à la fontaine de Duilhac, profitant de cet oasis avant d’affronter la suite du parcours.

D’abord la remontée sèche vers le replat sous le château de Peyrepertuse, puis après une nouvelle portion de piste, une superbe partie en monotrace qui me rapproche du Pech d’Auroux, sommet de la journée. La montée est technique, parfois en bord de falaise, mais j’apprécie vraiment ce type de relief. Je suis finalement content de ne pas avoir céder à la petite voix qui me disait de plonger directement vers Cubières par la variante équestre afin d’écourter l’effort, et aussi, les douleurs.

J’arrive bien entamé au gite La Taverne à Cubières, mais l’accueil sympathique de sa gérante, ainsi que sa bonne cuisine, contribueront à ma récupération.

 

Sentier Cathare – De Durban Corbières à Padern

Sentier Cathare – De Durban Corbières à Padern (36.5km/1060mD+/960mD-)

 

On commence par le petit mot rédigé le lendemain de cette étape au réveil (n’en prenez pas l’habitude, je n’ai écrit que les trois premiers matins !) :

« Malgré la douleur présente à chaque pas à cause de l’ampoule qui s’est formée sur mon talon gauche, je me réjouis par moment d’avoir décidé de faire le sentier à cette période. Ces deux premières étapes en plein été doivent rapidement se transformer en véritable calvaire, si au soleil omniprésent s’ajoute l’absence de vent. Ce vent qui n’empêche pas la peau de brûler sous les rayons ardents mais qui donne au moins pendant la marche une trompeuse impression de douceur sinon de fraîcheur. »Sentier-Cathare-Durban-Corbières-Padern

Concernant l’étape, étant donné que le gite ne propose pas de pti dej, je ferai mon seul départ matinal, quittant Durban juste à temps pour assister au lever du soleil sur les hauteurs du village avec une vue très symbolique sur la silhouette du château entouré d’éoliennes.

Sentier-Cathare-Durban-Corbières-Padern

Après une première partie agréable, notamment avec l’ascension de La Recouafa, ce sera difficile par la suite à cause de cette ampoule qui me contraint à marcher en Crocs pendant une quinzaine de kilomètres en milieu d’étape afin de moins souffrir (entre Embres et Aguilar). L’idée d’un possible abandon m’effleure mais j’ai bon espoir de soigner l’ampoule correctement le soir à Padern grâce aux « Dames Cathares » (Béa mon hôte et Estelle sa voisine qui est infirmière).

Sentier Cathare – De Port La Nouvelle à Durban Corbières

Sentier Cathare – De Port La Nouvelle à Durban Corbières (30km/600mD+/500mD-)

Sentier Cathare - De Port La Nouvelle à Durban Corbières

Quelques mots écrits sur mon carnet le lendemain matin concernant cette première étape :

« Une étape qui je pense ne restera pas dans ma mémoire : constituée à 90% de pistes exposées au vent sans points d’intérêts remarquables si ce n’est quelques points de vue à partir des deux ou trois points hauts du parcours »

A noter un début d’ampoule sur mon talon gauche suite à un glissement de chaussette et un bon coup de soleil.

Le soir, je dors dans le gite « La Maison Mésange » que je ne conseillerais pas : le lit semblait être fait depuis de longs mois, les draps sentant à la fois l’humidité et le renfermé.

Pas de repas ni de petit déjeuner proposés, et un panier repas minimum pour le lendemain.

 

Sentier Cathare – Préambule

Voici ce que j’écrivais en Janvier 2013 sur mon ancien blog :

Il est des sentiers dont juste le nom vous invite au départ, et pour quelqu’un né, comme moi, tout près de la citadelle de Montségur, celui qui se nomme « Le Sentier Cathare » ne peut que vous attirer irrémédiablement.

Alors je ne sais quand, ni comment, ni avec qui, ni même totalement pourquoi, mais je sais juste qu’un jour mes pas me mèneront de Port La Nouvelle, au bord de la Méditerranée jusqu’à Foix, après avoir traversé ce Pays Cathare qui est le mien.

Le Sentier Cathare sur le Blog d’Yvan11

Plus de quatre ans plus tard, j’ai enfin concrétisé ce vieux rêve.

Quelques précisions/notes avant de vous embarquer avec moi sur ces huit étapes :

Les temps d’étapes

Si la plus courte étape ne m’a demandé que 3h40, la plus longue a nécessité 9h30. Je n’ai donc pas fait de « tourisme » en dehors de la marche journalière, privilégiant un temps de repos plus que nécessaire.

A ceux qui voudraient profiter pleinement des lieux traversés ou approchés, notamment en visitant les châteaux cathares, je conseille de rester sur un programme en 12 étapes.

En cliquant sur la dénomination d’une étape, vous pourrez accéder directement au compte-rendu de celle-ci.

ETAPE 1 Port-la-Nouvelle / Durban 29.4km 6h30 (pauses comprises)
ETAPE 2 Durban / Padern 36km 9h00 « 
ETAPE 3 Padern / Cubieres 29km 8h45 « 
ETAPE 4 Cubieres / Quillan 37km 9h20 « 
ETAPE 5 Quillan / Puivert 21km 5h00 « 
ETAPE 6 Puivert / Comus 31km 7h30 « 
ETAPE 7 Comus / Roquefixade 29km 7h30 « 
ETAPE 8 Roquefixade / Foix 18km 3h40 « 

Le matériel

J’ai commis une erreur en partant en chaussures de rando au lieu de chaussures de trail.

Erreur rattrapée en cours d’étape 5, mais j’ai failli être obligé d’abandonner à cause de ce choix.

Si les chaussures montantes faisaient leur job dans les parties techniques, elles m’ont occasionné des douleurs tendineuses à force de marche rapide sur le plat (pistes, macadam).

Pour info, voici la liste complète du matériel que j’avais embarqué :

 

Liste Matos (lien mort en cours de réparation)

 

Les photos

Je ne vais pas pour chaque étape faire un compte rendu détaillé sur le terrain rencontré, et préfère afficher une galerie photos prises au vol au long du parcours.

Je tiens toutefois à mettre en garde sur la distorsion possible entre l’intérêt réel d’une étape et l’affichage de quelques photos.

Je m’explique : imaginons une étape à 80% constituée de pistes et de routes bitumées sans points de vue remarquables, et à 20% d’agréables monotraces dans des sous-bois verdoyants ou en balcon au-dessus d’une plaine cultivée. Il est fort à parier que dans la galerie photos affichée, 80% des photos proviennent des seuls 20% intéressants du parcours !

Les entorses

Je ne parlerai pas ici de la pathologie numéro un du trailer, mais des accommodations personnelles qui m’ont vu m’écarter par endroits du strict tracé du Sentier Cathare.

Tout d’abord, celles annoncées du départ et de l’arrivée, en remplaçant les gares de Port La Nouvelle et de Foix par respectivement le phare et le château comtal.

Ensuite une faute d’inattention avant le hameau de Nouvelle sur l’étape 2. Le temps que je m’aperçoive de mon erreur, il était plus rentable de poursuivre sur la piste pour retrouver le Sentier un peu plus loin, plutôt que de faire demi-tour.

Enfin, au début de l’étape 4, après avoir quitté Cubières, j’ai décidé de monter directement vers le Col de Pradines, et de ne pas redescendre vers Camps/Agly, ce qui m’aurait obligé à parcourir une portion de bitume, sur laquelle j’aurais souffert inutilement.

 

Trail des Citadelles 2017

Comme prévu, j’ai passé une belle journée en Ariège lors de cette édition 2017 du Trail des Citadelles.
Après avoir assisté au départ du 70, je me suis rendu à Bélesta pour aller prendre mon poste de signaleur à la Croix de Millet (nouveauté 2017). Deux heures et demi à piétiner dans la fraicheur mais la joie de voir que les coureurs appréciaient ce nouveau passage et la vue qu’il offrait.
Ensuite, avec Romain, nous avons pris la direction de Roquefixade où nous avons encouragé les coureurs du 40 (2e moitié du peloton-dossards verts) et beaucoup de ceux du 70-dossards bleus.
Et évidemment des bons moments aussi à Lavelanet avec les copains.
Quelques images de cette journée prises en mode touriste sur le lien suivant :

GALERIE GOOGLE PHOTOS

Un petit montage de quelques vidéos prises au cours de la journée :
Vidéo Trail des Citadelles 2017

VTT dans le Haut Vallespir

VTT dans le Haut Vallespir

Quelques photos prises pendant mes deux sorties du week end.

La première sur le Chemin du Fer près du refuge de Batère permet, grâce à l’ancienne voie ferrée reconvertie en chemin, de visiter différents vestiges du passé minier de la région. (à finir une autre fois me concernant, une crevaison et une pompe récalcitrante ayant contrarié ma sortie).

Topo complet du circuit du Chemin du Fer (pdf)

Le deuxième jour, j’ai tenté de réaliser le parcours N°13 de l’espace VTT Sud Canigo (voir ici), mais un névé sur un versant nord a contrarié mon avancée et m’a forcé à m’adapter.

Je reviendrai surement dans le secteur à la belle saison.